Un projet de transport pour la santé des jeunes!

 

Un projet de transport pour améliorer la santé des jeunes et faciliter la conciliation travail-famille : un succès !

Depuis octobre 2018, environ le quart des élèves de l’école Notre-Dame-de-Liesse à St-Georges-de-la-Malbaie utilise le transport direct entre l’école et Gaspé pour participer aux activités sportives et culturelles offertes au centre-ville. Selon les données recueillies jusqu’à présent dans le cadre de l’évaluation du projet, celui-ci est un succès.

Une situation problématique

Les 37 km qui séparent l’école Notre-Dame-de-Liesse et le centre-ville de Gaspé rendaient difficiles, voire impossibles, l’accessibilité et la participation des élèves aux différentes activités parascolaires offertes à Gaspé. Certains parents devaient prendre plusieurs heures par semaine de leur temps de travail pour permettre à leurs enfants de participer à des activités pour leur développement et leur bien-être tout en continuant de fréquenter l’école Notre-Dame-de-Liesse.

Un projet de transport direct  

Mis sur pied par des parents désireux de faire profiter leurs enfants des mêmes activités que ceux qui fréquentent les écoles de Gaspé, le projet de transport direct est offert tous les soirs après les heures de classe. En tout, 588 transports ont été effectués depuis le début du projet et près de 500 autres transports sont prévus d’ici la fin de l’année. « On est fier du succès de ce projet de transport direct. C’est un service qui est indispensable pour l’école étant donné sa position géographique. C’est une école qui a beaucoup de services et d’avantages, mais sa distance entraîne des enjeux d’accessibilité aux activités offertes aux jeunes », explique Matthew Wadham-Gagnon, porte-parole du comité.

Un impact réel

Ce transport direct vise à améliorer la santé des jeunes, à contribuer à la vitalité de l’école et à faciliter la conciliation travail-famille. Il permet l’accès à des activités après l’école à des élèves qui n’y auraient pas accès autrement. « En réponse aux besoins de parents, ce projet permet de donner accès plus facilement à leurs enfants aux activités culturelles et sportives se tenant à Gaspé à la fin des classes, indique Patricia Rioux, directrice de l’école Notre-Dame-de-Liesse. Les prochaines années mettront en lumière la portée de ce projet, mais fort est à parier que cela aura un impact positif sur la rétention des élèves dans notre belle école. »

Selon les parents utilisateurs, le service est maintenant indispensable. « En tant que parent, je suis soulagé que mes enfants participent aux activités. Sans le transport, ça aurait été impossible. On pense que c’est un système important pour colmater la brèche des dérogations », affirme M. Wadham-Gagnon. En effet, pour une école de 65 élèves, près de 30 % de la clientèle potentielle demande une dérogation vers les écoles de Gaspé. Un des motifs de dérogation étant le manque d’accès aux activités sportives et culturelles. « Nous devrons redoubler d’efforts afin de trouver du financement pour assurer la pérennité du projet pour les années à venir » ajoute M. Wadham-Gagnon.

La réalisation du projet a été rendue possible grâce à la collaboration des parents, de l’équipe-école et de plusieurs partenaires dont la RÉGIM, la MRC de la Côte-de-Gaspé, le député de Gaspé en début de projet Gaétan Lelièvre, la Ville de Gaspé ainsi que la Ville de Percé. « Nous sommes heureux de participer à ce projet qui facilite la mobilité des jeunes sur le territoire de Gaspé et qui favorise leur développement culturel et sportif, tout en réduisant la pression sur les parents causée par notre vaste territoire. Les résultats et la participation du comité de ce projet permettra de voir à la pérennité du projet à long terme » mentionne Daniel Côté, président de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (RÉGIM), préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé et maire de Gaspé.